English Version | Ver en español

Les gouvernements doivent rejeter les solutions à but lucratif contre la faim proposées par les entreprises

Des militant-e-s exhortent les États membres de l’ONU à rejeter les fausses solutions proposées par les entreprises à la recherche de profits tandis que le Réseau mondial pour le droit à l’alimentation et à la nutrition lance l’Observatoire du Droit à l’alimentation et à la nutrition exposant le « menu défectueux » proposés par les systèmes agroalimentaires.

Des milliers de paysans, de peuples autochtones, de pasteurs et de militants du Réseau mondial pour le droit à l’alimentation et à la nutrition (le Réseau) ont appelé les gouvernements nationaux à rejeter les fausses solutions à but lucratif contre la faim et la malnutrition proposées par les entreprises lors du récent Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires (l’UNFSS).

L’appel a coïncidé avec la publication annuelle de l’Observatoire du droit à l’alimentation et à la nutrition du Réseau, Pas notre menu : Fausses solutions à la faim et à la malnutrition – qui met en lumière le coût humain dévastateur du système alimentaire industriel, notamment son incapacité à lutter contre la faim croissante dans le monde et malnutrition.

L’édition 2021de l’Observatoire met en lumière les souffrances des paysan-ne-s, des pêcheu-ses-rs et des peuples autochtones – en particulier des femmes qui produisent la plupart de la nourriture dans le monde – causées par le pouvoir croissant des entreprises agroalimentaires », a déclaré Arieska Kurniawaty, responsable de programme au conseil d’administration de Solidaritas Perempuan (Solidarité des femmes pour les droits humains), basée à Jakarta, membre du Réseau.

 Ce numéro « montre que la faim et la malnutrition sont des problèmes politiques et non des problèmes d’approvisionnement ou de productivité à résoudre avec des solutions technologiques », a-t-elle ajouté, au milieu de la célébration de la Journée mondiale de l’alimentation ce mois-ci et du 25ème anniversaire du lancement du paradigme de la souveraineté alimentaire. Celui-ci a été lancé lors du Sommet mondial de 1996 à Rome en réaction directe aux solutions de sécurité alimentaire fondées sur le marché promues par l’Organisation mondiale du commerce.

« Et si l’ONU continue de faciliter la prise de contrôle de l’alimentation par l’agro-industrie, en stimulant la production alimentaire industrielle, en élargissant leur accès aux marchés et en réalisant d'énormes profits, les gens devront faire face à des luttes encore plus difficiles pour trouver un travail décent et nourrir leur famille », a déclaré Charlotte Dreger, chargée de plaidoyer pour les systèmes alimentaires durables chez FIAN International, le secrétariat du Réseau.

 

Les cultures de l’injustice

L’Observatoire a été dévoilé lors d’un séminaire en ligne au cours duquel des intervenant-e-s du National Fishworkers’ Forum, du Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem, de FoodShare Toronto, de l’Université Cornell et de FIAN International ont discuté du rôle des États et des organisations intergouvernementales dans la tolérance voire la promotion de fausses solutions à but lucratif contre la faim.

Le numéro comprend un supplément populaire, Les cultures de l’injustice, qui encourage les gens à considérer que, bien que l'accès à la nourriture soit une question vitale, nous devenons de plus en plus déconnectés de la façon dont cette dernière est produite.

« Nous exhortons les États membres de l’ONU à refuser de donner aux entreprises le pouvoir de décider de ce qui est le mieux pour leurs populations », a déclaré Dreger.

« Le sommet de l’ONU n’a servi que d’amplificateur politique aux entreprises agroalimentaires transnationales et aux institutions financières qui ont perpétué leurs méthodes anciennes et ratées pour prétendre nourrir le monde. Cela a élargi les possibilités pour les entreprises d’influencer davantage les gouvernements nationaux afin qu’ils traitent la nourriture comme une marchandise plutôt que comme un droit humain ».

 

Ouvrir la voie à la prise de contrôle par les entreprises

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a convoqué le sommet sur l’alimentation de septembre en partenariat étroit avec le Forum économique mondial, une organisation du secteur privé représentant les entreprises les plus riches du monde. Ses conclusions ont ouvert la voie aux méga-entreprises pour tirer plus de profits des personnes et de la nature grâce à des soi-disant « domaines d’action » de suivi et un nouveau « centre de coordination » basé à Rome qui risque de saper l’ensemble du système multilatéral des Nations Unies, avertissent les membres du Réseau.

« Nous craignons que le processus de suivi du sommet ne sape la plate-forme internationale la plus importante et la plus inclusive de la gouvernance alimentaire mondiale, le Comité des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale et le Groupe d’experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition, qui est l’interface scientifique de politique le plus innovant dans ce domaine », a déclaré Sofia Monsalve, secrétaire générale de FIAN International. « Avec ses actions de suivi, le sommet promeut fortement un modèle de gouvernance multipartite, qui place dangereusement les entreprises sur un pied d’égalité avec les élus et les communautés », a-t-elle ajouté.

« Cela sape le multilatéralisme, la démocratie et les droits humains ».

 

La capture par les entreprises des solutions contre la faim

Le sommet des Nations Unies a créé plus de 25 « coalitions de solutions » multipartites, chargées de trouver des solutions à la faim et à la malnutrition conformément aux objectifs de développement durable des Nations Unies.

Un examen plus attentif de la composition de ces coalitions révèle une influence excessive du secteur privé. Beaucoup sont dirigées ou influencées par des experts, des scientifiques et des consultants travaillant pour des entreprises ou des groupes ayant des liens étroits avec des multinationales.

Par exemple, l’Engagement Faim Zéro du Secteur Privé qui soutient la Coalition d’action pour Atteindre la Faim Zéro, a été lancé par l’Alliance mondiale pour l’amélioration de la nutrition (GAIN) basée à Genève.

L’association à but non lucratif GAIN est financée par des multinationales telles qu’Unilever et Arla Foods ainsi que par les fondations Melinda et Bill Gates et Rockefeller. Les fondations Melinda et Bill Gates et Rockefeller financent également l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA). L’ancienne ministre rwandaise de l’agriculture, Agnes Kalibata, présidente de l'AGRA, est l’envoyée spéciale du chef de l’ONU auprès du Sommet.

Un autre exemple est la Coalition d’action 4 pour la santé des sols (CA4SH) qui a émergé du pôle d’investissement dans les sols du sommet. Selon l’UNFSS, ce pôle vise à « créer une masse critique d’entreprises des chaînes de valeur alimentaires et agricoles et d’acteurs clés qui alignent les décisions et mécanismes d’investissement et de capital afin d’amplifier les pratiques agricoles respectueuses du sol ».

Un document d’information partagé en ligne par l’UNFSS révèle que « l'inspiration » du Hub pour sa « solution » de sol a été tirée d’un article de 2018 intitulé The Business Case for Investing in Soil Health, publié par le Conseil mondial des entreprises pour un développement durable (WBCSD), une organisation mondiale du secteur privé regroupant plus de 200 entreprises de premier plan. Les membres du WBCSD comprennent des sociétés d’engrais, de produits chimiques et de semences telles que BASF, Bayer, Cargill, Corteva, DuPont, Nutrien, Sumitomo Chemical, Syngenta, UPL OpenAg et Yara.

 

Les États sont appelés à transformer les systèmes alimentaires contrôlés par les entreprises à travers l’agroécologie.  

Dans une déclaration politique signée par plus de 1 000 personnes et organisations locales, régionales et internationales, la Réponse autonome des peuples au Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires a dénoncé « le Sommet UNFSS 2021 qui ne tient pas compte du besoin urgent de s’attaquer aux déséquilibres de pouvoir flagrants que les entreprises détiennent sur les systèmes alimentaires » et rejeté « les fausses solutions qui continuent et continueront à opprimer et à exploiter les personnes, les communautés et les territoires ».

Cette déclaration a également exhorté les gouvernements et les institutions régionales et internationales à « soutenir les voies empruntées par ces groupes pour transformer les systèmes alimentaires contrôlés par les entreprises à travers les méthodes et pratiques de l’agroécologie et de la souveraineté alimentaire ».

« La première étape sur cette voie consiste à reconnaître pleinement, à mettre en œuvre et à faire respecter le Droit à une alimentation adéquate, qui relève d’une obligation des États et des agences des Nations Unies en matière de droits humains » a-t-elle ajoutée.

NOUVELLES CONNEXES:

Pas notre menu : Fausses solutions à la faim et à la ...

Se soulever contre la mainmise des entreprises sur l'al...