English Version | Ver en español

L’autoritarisme : une menace pour le droit à l’alimentation brésilien

FIAN Brésil lance un rapport révélant comment l’autoritarisme a considérablement érodé le droit à l’alimentation dans le pays.

Le Brésil a été officiellement retiré de la Carte de la faim de la FAO/ONU en 2014, une réalisation importante pour un pays encore considéré comme un « pays en développement ». Néanmoins, la mainmise de l’autoritarisme sur le pouvoir a encore aggravé les revers mis en place après le coup d’État de 2016.

Dans un nouveau rapport publié hier, FIAN Brésil montre comment le mouvement d’extrême droite au pouvoir a compromis le droit à l’alimentation de millions de personnes.


« Les statistiques sont alarmantes, en particulier parce que nous assistons à une poussée mondiale contre les droits humains et en faveur du pouvoir des entreprises », affirme Valéria Burity, Secrétaire Générale de FIAN Brésil.


La publication suit la piste de l’étude lancée en 2017, où le droit à l’alimentation au Brésil a été analysé depuis le processus de démocratisation de la fin des années 80. A cette occasion, le rapport se concentre sur les interrelations actuelles entre l’autoritarisme, la faim et la régression des droits humains.

Depuis l'entrée en fonction du nouveau gouvernement en janvier, les politiques publiques déjà fragiles en matière de sécurité alimentaire et de souveraineté alimentaire ont été systématiquement démantelées. Plus tôt cette année, la fermeture du Conseil national pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle (CONSEA) a généré une vague de critiques et de mobilisation sociale de la part de la société civile. Jusque-là, le CONSEA était un exemple remarquable de participation populaire dans la définition de politiques alimentaires.

Bien que le Congrès ait finalement cédé à la pression et rétabli le CONSEA, le président Jair Bolsonaro a opposé son veto. Même si au niveau des États, les conseils locaux continuent de travailler avec le soutien de la société civile; pour la plupart, le CONSEA est maintenant anéanti  du fait de l’action du président. L’abandon du CONSEA n’est que l’un des nombreux exemples de la situation actuelle au Brésil.

Bien que Bolsonaro soit maintenant la figure la plus visible de l’extrême droite au Brésil, le mouvement est plus ancien. Pour parler franchement de démocratie, le Brésil fait face à des défis depuis des années. Depuis le coup d’État parlementaire contre la présidente démocratiquement élue, Dilma Rouseff, en 2016, le pays a sombré dans la plus grave crise depuis la dictature civile-militaire-militaire qui a régné entre 1964 et 1985.

Le rapport de FIAN Brésil souligne que le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté (revenus inférieurs à 140 réaux brésiliens par mois) est passé de 6,6% en 2016 à 7,4% en 2017, après dix ans de diminution. En chiffres absolus, cela signifie que le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté est passé de 13,5 million en 2016 à 15,2 million en 2017.

« Nous sommes sur le point de retourner sur la Carte de la faim de la FAO », déclare Valeria de FIAN Brésil.


Malheureusement, cela ferait du Brésil le plus grand pays d’Amérique latine suivant cette tendance.

Même dans ce cas, le président Jair Bolsonaro a déclaré que « c’est un grand mensonge que les gens souffrent de la faim au Brésil », ignorant toutes les données qui disent exactement le contraire. Aussi dissociées de la réalité qu’elles soient, la vérité est que les politiques de Bolsonaro sont sur le point de remettre le Brésil sur la carte, malheureusement, cette fois-ci, pour toutes les mauvaises raisons.

Vous pouvez télécharger le résumé ici.

Le rapport complet (en portugais uniquement) est disponible ici.

Pour les questions relatives aux médias, veuillez contacter delrey(at)fian.org

NOUVELLES CONNEXES:

Bolsonaro dissout le Conseil national pour la sécurit...

La spéculation foncière mène à des violations des d...

Brésil : un programme de la Banque mondiale prive de l...

Une mission enquête sur l’implication de fonds Europ...

La Caravane de Matopiba exhorte l’intervention des au...

Discussions de part et d’autre de l’Atlantique à p...

Lancement de ‘Tekohá’ est la Vie