Les luttes des peuples

« Nos vies sont déterminées par les plantations. Où nous vivons, combien nous gagnons et ce que nous pouvons cuisiner à la maison. Ils décident même les dates de notre mariage. Autodétermination? Nous

La lutte des travailleuses des plantations de thé dans l’ouest de l’Inde illustre une réalité récurrente pour les femmes du monde entier.

Dans les zones rurales, les femmes cultivent, labourent et collectent plus de 50% de la nourriture. Leur contribution est essentielle à la main-d’œuvre dans le secteur alimentaire, car elles assument des tâches avant et après la récolte, qu’elles soient payées ou non. De plus, ont attend des femmes qu’elle réalisent les tâches ménagères et le travail de soins.

Malheureusement, bien qu’elles jouent un rôle fondamental dans leurs communautés, les femmes ne sont guère reconnues, souvent considérées comme des citoyens de seconde zone. Dans les plantations de thé, où la vie a très peu changé depuis la période coloniale, les femmes se retrouvent désavantagées.

Les travailleuses constituent plus de la moitié de l’effectif total. Le salaire moyen est de 1,34 euro par jour, pour ceux qui ont la chance d’atteindre le quota minimum établi. Il n’y a pas de concessions pour les travailleuses enceintes, les soins prénatals et postnatals ne sont pas pris en compte et l’accès à la crèche est insuffisant.

« Le gouvernement nous a lâchés », déclare une travailleuse en prenant soin de sa petite fille ».

Néanmoins, les travailleurs et travailleuses des plantations de thé se mobilisent pour améliorer leurs conditions de travail et de vie et pour mettre fin au cycle de dépendance auquel ils et elles sont soumis. Pour les femmes en particulier, cette lutte dépasse les limites extérieures des plantations.

NOUVELLES CONNEXES:

Travailleurs indiens de l’industrie du thé, une vie ...

Lutte | Les Travailleuses dans les Plantations de Thés: La Lutte Pour la Dignité